AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Carlie ♣ Quand on aime quelqu’un on l’aime entièrement. C’est ça le contrat.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Bienvenue à Cambridge,Carlie L. Johnson Date d'inscription : 04/02/2013
Messages : 3
avatar

MessageSujet: Carlie ♣ Quand on aime quelqu’un on l’aime entièrement. C’est ça le contrat.   Lun 4 Fév - 8:58

Carlie Laila Johnson
OPTIMISTICS SPLEENERS NIGHTHAWKS STUDENTS







Nom ⊱ Johnson. Prénom(s) ⊱ Carlie Laila , n'empêche tu es curieux Âge ⊱ 24 ans Date et lieu de naissance ⊱ On a dit : on veut tout savoir ! Études/métier ⊱ Même si tu es au chômage, il n'y a pas de honte à avoir. Statut ⊱ Célibataire ou en couple, c'est le moment de nous le dire ! Milieu social ⊱ Riche ou pauvre ?

Oh you, sexy bastard ! ⊱
Carlie a ce qu'on appelle un sale caractère. Pire même. Elle déteste être contredite, et se met très vite en colère, souvent pour un rien. C'est une manipulatrice, qui est prête à beaucoup pour obtenir ce qu'elle veut. C'est aussi une menteuse née. Elle pourrait convaincre Einstein qu'elle a vu un éléphant rose à pois bleu voler à 03h55 le 8 Mars 1520. Elle fait croire tout ce qu'elle veut, à qui elle veut. C'est une peste, qui ne pense toujours qu'à elle -ou presque- et veut que le reste du monde fasse de même. Elle est peut être une vrai garce avec les gens qu'elle n'aime pas, de même qu'elle est très douce avec ceux qu'elle adore. Carlie ne rentre pas dans le moule de la petite fille sage que beaucoup de gens veulent voir en elle. C'est une rebelle, une vraie, déterminée plus que jamais à se faire connaître. La plupart du temps, elle est surexcitée, hystérique même. Malgré tout, Carlie reste une fille, et comme chaque fille, elle a ses faiblesses. Elle est très naïve. Une menteuse avérée comme elle ne devrait pourtant pas l'être, mais dès qu’il s’agit de ceux qu'elle aime, Carlie est prête à croire tout et n'importe quoi... C'est aussi une fille extrêmement extravertie, qui va avec grand plaisir vers les autres - que ce soit pour être amicale ou non, bien entendu. Elle ne l'avouera sûrement jamais, mais elle a un grand besoin d'affection. Elle ne l'avouera qu'à ceux qui arrive à lire en elle c'est à dire très peux de personne. La jeune femme rêve très peu pour une très bonne raison, car tous les rêves qu'elle a au plus profonds d'elle vont et doivent se réaliser comme lui a dit un grand homme, il faut vivre et nom rêvait sa vie. Et c'est maintenant son mot d'ordre maintenant. Enfin, la jeune femme est très perdue lorsque son frère de cœur n'est pas là auprès d’elle, mais cela peu arrive à le voir tout comme son passé difficile et doux à la fois.

To build a home« citation au choix »


Chapitre I
« Il faut pleurer les Hommes non pas à leur mort, mais à leur naissance. »

Des cris se faisaient entendre dans l'une des salles d'accouchement du dispensaire de Brooklyn. Une jeune femme de vingt-deux ans était allongé sur le lit les jambes écartés cette dernière poussait de toutes ses forces pour faire sortir l'enfant. Elle n'y arrivait pas, enfin elle n'avait nullement envie d'entendre les cris de cette enfant dont elle ne voulait rien savoir. Tournant en rond devant la chambre de cette jeune femme un jeune homme au nom de John attendait impatiemment qu'on lui dis que tout allait bien pour Clarisse sa compagne. L'enfant, il n'y prêtait guère intention. Il n'en voulait pas tout de suite et n'avait pas envie d'en avoir pour le moment. L'enfant allait avoir un futur incertain. La jeune femme qui avait toujours autant de mal à faire sortir l'être qui se trouvait en elle, se mit à serrer la main de l'une des infirmières présentes dans l'insistance, elle serra cette main fortement trouvant enfin le courage de dégager l'enfant d'elle. L'une des infirmières prit l'enfant et la nettoya lui adressant un sourire sachant le triste destin qu'elle allait bientôt subir. Cette infirmière informa la jeune maman qu'elle venait de faire une magnifique petite fille qui pesait trois kilos cinq et que cette dernière était en pleine forme. Enfin, Clarisse n'en avait que faire, tout ce qu'elle voulait, c'était oublié ce passage de sa vie, ces neufs mois où elle devait cacher son ventre à ses parents et ses futures beau parents qui auraient eux aussi abandonné cette petite fille aux yeux bleu, mais ils n'auraient pas épargné la bêtise de leur chère progéniture. De toute façon le couple de jeune gens n'en voulait pas. Ils savaient ce qu'ils voulaient et un enfant ne faisait point partit de leur beau projet. Ils voulaient tout simplement devenir de grands avocats Clarisse auprès des dirigeants de ce pays et John avocat dans les affaires, alors ils n'hésitèrent pas à lâchement abandonner leur enfant qui avait tout d'eux : les yeux de la mère et une tâche de naissance que lui avait laissé son père. Elle avait été marquée enfant du couple Jefferson, mais ne le sera jamais. Les jeunes parents ne désiraient point voir la bouille de leur fille. L'infirmière qui tenait toujours la petite fille au nom encore inconnu dans ses bras, l'emmena vers la nursery où elle déposa l'enfant dans un landau et accrocha à son bras un bracelet où était inscrit « inconnue ». Elle était bel et bien vivante, mais n'hésitait pas aux yeux du monde. Quelque jour après le 11 Juilet1990, la petite fille âgée de cinq jours fût transférée dans un orphelinat du coin.

Chapitre II
« Se faire le spectateur de sa propre vie c’est échapper à toutes les souffrances de la vie. »


Une petite fille aux cheveux couleur châtain clair, aux yeux bleu clair et avec une petite tache de naissance sur la main se trouvait assise à contempler le ciel, cette dernière était inspirée par les nuages. Elle s'imaginait un tas d'histoire dans sa tête, imaginant des lapins qui volaient quelque petit morceau de nuage pour pouvoir s'amusait avec sa famille ou encore ses amis. Cette petite fille qui répondait au prénom de Carlie était maintenant âgée de sept ans. Elle était triste en ce jour, elle venait de voir partir son amie, celle avec qui elle partageait beaucoup de choses. Leur prince charmant était le même. Elles auraient tant voulu être adoptée ensemble tels des sœurs, mais cela n'était pas possible par la faute de Carlie, petite fille maladroite et insouciante qui ne faisait que des bêtises d'enfants, mais le monde des grands était cruel avec cet enfant qui ne comprenait pas le mal de dire des mots entendus par ses petites oreilles par des plus grands. Des mots tel que put**n était prodiguée par les personnes qui voulaient adopter un enfant. Enfin, elle n'avait pas d'autre choix que de continuer sans Julia. Elle en avait vu d'autre partir avant elle et un jour ça sera à son tour de s'en fuir de cet endroit. Elle en rêvait comme tous les autres, c'était leur seul rêve. Les histoires de prince charmant ou autre passaient après l'histoire de trouver de bons parents qui ne renverraient pas leur enfant à peine adopté ici pour un petit problème. Carlie en avaient vu revenir et ces derniers avaient littéralement changé. L'école se faisait ici à l'orphelinat. Tout enfant était dans une classe différente et avaient le même cursus qu'un enfant normal. Carlie, ne se trouvait pas normal, elle et les autres était différent on les avait abandonnées pour des raisons qu'ils ne connaissaient pas. Pour ce qui était de la petite fille qu'était Carlie, elle pensait que ses parents étaient morts ou encore que ces derniers savaient déjà qu'elle n'allait être qu'une source d'ennuie comme lui avait déjà lancé l'une des gardiennes de l'orphelinat seulement parce qu'elle avait renversé un sceau d'eau à terre. On oubliait souvent que ce n'était qu'une enfant. Carlie était assez douée en classe, mais ne voulait que s'amusait et danser, mais ici avoir des cours de danse c'était assez dur. La petite fille regardait des vidéos de danse classique et s'exerçait sur les barres du cochon pendue. Elle essayait de faire de son mieux, mais c'était dur. Elle devait suivre les mouvements qu'elle voyait et essayait de faire les mêmes gestes. Mais, elle aimait ça.

Chapitre III
« La moquerie est de toutes les injures celle qui se pardonne le moins »

Le moment était arrivé, elle venait d'être adoptée à l'âge de douze ans. Et ce n'était pas la seule. Jordan avait été adopté lui aussi, ils allaient rester ensemble. Carlie avait rencontré Jason à l'âge de dix ans. Ils étaient vite devenus inséparables, ils étaient tout l'un pour l'autre. Leur sourire était encore plus radieux que celui qu'ils avaient à leur habitude, ils allaient enfin savoir ce que c'était d'avoir des parents. Carlie en avait rêvé, elle espérait tant que cela se réalise qu'au bout d'un certain temps la jeune adolescente avait cessée d'espérait tel chose, elle ne voulait plus être adopté surtout si elle devait être séparé de la personne qui se trouvait être maintenant comme son frère. Carlie était heureuse de pouvoir avoir des parents aussi géniaux que Jessica et Mark qui avait fait tout pour que les deux enfants se sentent chez eux. Jordan et elle avait atterrit dans un milieu modeste. Mais, cela leurs convenaient. Chacun d'eux avaient leur chambre. Mais, la plupart du temps ces deux-là finissait dans le même lit. Ils n'arrivaient pas encore à perdre cette habitude de ne pas être dormir ensemble. Ils devaient se rendre dans une vraie école enfin maintenant c'était l'heure de rentrer au collège en classe de cinquième. Lorsqu'ils arrivèrent, ils furent séparé chacun de leur côté. L'un dans une classe et l'autre dans une autre. Cela n'avait pas du tout réjouis la jeune femme par contre le jeune homme qui avait connu l'école normale ne se sentait pas perdu au contraire, il se sentait à sa place. Tout le contraire de Carlie. Carlie venait d'avoir une engueulade avec une fille. Cette dernière osa lui dire qu'elle n'était pas la bienvenue ici, les enfants adoptés et donc abandonnée n’étaient que des monstres. L'autre petite qui avait lancé cela à Carlie voulait sans doute garder sa place de princesse du collège. Carlie fit une bêtise comme elle savait les faire, elle frappa l'autre en pleine figure. Ce qui lui valût un rendez-vous chez le directeur. Jordan avait accouru à ses côtés pour la rassurer, lui jurant que si leurs parents décidaient de la remettre à l'orphelinat ce dernier la suivre coûte que coûte, ils étaient unis pour toujours par le pacte qu'ils avaient fait de ne jamais être séparé. Les mots de Jordan avaient rassuré Carlie, mais elle refusait de gâcher le rêve de Jordan. Enfin, les jours et les mois passèrent. Et aucun des deux n'avaient quitté la maison des Johnson. Au contraire, ils portaient maintenant le nom de ces derniers. Carlie Laila Johnson et Jordan Camile Johnson. Ils faisaient partie de cette famille. Et, ils s'étaient frère, sœur de cœur et maintenant leur lien était écrit noir sur blanc dans les papiers d'adoption.

Chapitre IV
« Ce qui est effrayant dans la mort de l'être cher, ce n'est pas sa mort, c'est comment on en est consolé. »

Aujourd'hui était un jour triste pour la famille Johnson. Ils venaient de perdre un être cher aux yeux de tous. Le grand-père de la famille venait de mourir d'un infarctus. Carlie s'entendait merveilleusement avec ce vieil homme qui était devenu assez ronchons. Mais depuis l'arrivée de Carlie et de Jordan ce vieil homme était devenu un peu plus vivable pour sa femme. Le vieil ours était redevenu un homme gâteaux. De vrai éponge ces ours grincheux. Carlie n'hésitait pas à parler franchement à son grand-père et comme il disait c'était bien l'une des choses qu'il aimait le plus chez elle sa franchise. Carlie tenait la main de Jordan et celle de sa grand-mère qui venait de devenir veuve en à rien de temps. Carlie regardait de temps à autre la « grande fille » de son grand-père sa mère cette dernière était exactement dans le même état qu'elle. Carlie lâcha les deux mains qu'elle tenait pour tenir celle de sa mère qui la regarda les yeux rougit par la tristesse. Cet enterrement avait changé la vie de Carlie, elle ne se confiait plus qu'à son frère Jordan. Enfin, d'autre chose changeait dans la vie des deux enfants qui devenaient maintenant de tout jeune adultes. Tous deux continuaient de danser ensemble de la danse classique à la danse de rue. On lui avait dit un jour de vivre ces rêves et de ne plus les rêvaient alors elle le faisait, elle écoutait un grand sage : son grand-père. Carlie était choquée parce qu'elle venait d'apprendre. Le couple le plus célèbres et le plus populaire aux yeux des électeurs avaient donc abandonnée leurs enfants. Un certain John et une certaine Clarisse Jefferson. John était le procureur de New-York. Enfin, Carlie n'avait pas spécialement envie d'écouter les informations en ce jour, alors elle coupa la télé et se mit au lit n'écoutant pas la suite. Pourtant, elle aurait dû écouter la suite. Le journaliste donnait une indication sur une chose qui ne pouvait pas changer. Cette chose qui était inchangeable se trouvait être une tache de naissance à la main droite, une tache qui ressemblait à un fruit. Mais, la jeune femme était bien trop fatiguée pour écouter la suite et personne de son entourage n'avait regardé cela. Remarque c'était peut-être mieux ainsi? Enfin, qui sait ce qui aurait pu se passer si quelqu'un l'avait appris. La brunette s'endormi en rêvant encore et encore de ses pas de danse qu'elle venait d'inventer avec ses amis. Elle n'avait pas arrêté la danse, elle avait toujours continué à danser et à s'améliorer ,mais les cours de danse était trop stricte n'était pas pour elle pourtant elle avait bien essayé de suivre l'un de ses cours de danse classique ,mais la rigueur n'était qu'une chose qui réussissait à gâcher son talent ainsi que son envie et son plaisir.

Chapitre V
« La vie est magnifique ,mais cette derniére cache tant de mauvaise chose »

Carlie avait déjà pas mal de choses à dire sur sa vie de bonne comme de merveilleuses choses et tant d'autre à venir. Ce qui était sûr c'est qu'elle adorait ce qu'elle était devenue et ce qu'elle était avant, car elle n'avait pas changé un seul instant. Elle était seulement elle et c'était ça qui était bien. Une femme enfant qu'on ne pouvait qu'aimer contempler. Elle était extraordinaire en bien des choses enfin ça c'est que ses parents, ses proches ou bien ceux qui la connaissait un minimum pouvait dire de la jolie brune, mais elle savait largement faire le point sur elle comparait à d'autre qu'il la voyait parfaite. Elle avait des défauts comme des qualités. Un moment important allé se produire dans quelque heure. Elle comptait les heures et les minutes qui défilaient lentement au goût de la jeune femme, elle avait qu'une seule hâte celle d'arriver au moment de prendre le taxi et de quitter de quelque kilomètre ses proches. Elle allait être séparé de celui qu'elle n'avait jamais quitté depuis maintenant ses douze ans, tous deux avait bien changé, ils avaient grandi, mais leur lien n'avait pas pris une seule ride. Enfin, elle ne s'inquiétait pas trop, car Jordan avait prévu de ne pas encore se rendre à l'université de Cambridge, il voulait prendre quelque mois de vacances de repos tout le contraire de la jeune femme qui était excité comme une puce. Elle avait hâte de découvrir l'université de vivre sa vie de jeune adulte. Elle avait choisi cette université là pour pouvoir continuer d'étudier l'art, mais aussi pour sa position géographique qui n'était pas très de Boston là où, elle était avec sa famille. Carlie alla se coucher pensant à tout ce qu'elle allait voir après avoir traversé le fleuve. Elle avait pourtant traversé, mais pas pour les mêmes raisons. Carlie s’endormit assez difficilement, car trop de penser ancraient sa tête.
Voilà, les derniers cartons, les derniers entrevoir qui était accompagné de quelque larme. Et l'enfant était maintenant dans le taxi regardant un instant derrière lui, faisant de petits signes à ceux qui la regardaient s'éloigner, elle retenait quelques larmes en voyant Jordan son frère de cœur lui faire le signe, leur signe.Une heure après la jeune femme arriva à l'endroit tant désiré. Elle admira un instant l'endroit. Et, se faufila parmi les autres pour commençait un nouveau chapitre de sa vie.



PSEUDO/PRÉNOM
Hey ho ! A ton tour ! C'est le moment de nous dire qui tu es. Présente toi comme tu le sens, tant que cela nous permet de te connaître un peu plus ! Parle nous de ce que tu aimes (ou pas), raconte nous une blague, dis nous comment s'appelle ta licorne, tu peux même nous raconter un court poème... Bref, tout ce qui te passe par la tête. Oh et surtout, n'oublie pas la petite preuve qui montre que tu as lu le règlement & éventuellement de nous dire le choix de ton avatar !



Dernière édition par Carlie L. Johnson le Lun 4 Fév - 15:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bienvenue à Cambridge,Carlie L. Johnson Date d'inscription : 04/02/2013
Messages : 3
avatar

MessageSujet: Re: Carlie ♣ Quand on aime quelqu’un on l’aime entièrement. C’est ça le contrat.   Lun 4 Fév - 8:58






To build a home« citation au choix »


Pour cette partie, inutile de te faire un dessin. Tu dois simplement nous raconter l'histoire de son personnage avec les moments importants de sa vie. Le tout en 30 lignes & sous la forme de ton choix (journal, anecdotes...etc) !





Dernière édition par Carlie L. Johnson le Lun 4 Fév - 15:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bienvenue à Cambridge,A. Maddalen O'Doherty Date d'inscription : 30/12/2012
Messages : 58
avatar

MessageSujet: Re: Carlie ♣ Quand on aime quelqu’un on l’aime entièrement. C’est ça le contrat.   Lun 4 Fév - 11:47

Héhé & voilà Cindy qui vend du rêve avec ses comptes de fifou !
BIENVENUUUUUUUE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bienvenue à Cambridge,Kyhan W. Addams Date d'inscription : 04/02/2013
Messages : 22
avatar

MessageSujet: Re: Carlie ♣ Quand on aime quelqu’un on l’aime entièrement. C’est ça le contrat.   Lun 4 Fév - 12:02

Toi tu vends du rêve avec ce compte , comment qu'elle est trop belle Astrid !!

J'aurais droit de la violer elle hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bienvenue à Cambridge,A. Maddalen O'Doherty Date d'inscription : 30/12/2012
Messages : 58
avatar

MessageSujet: Re: Carlie ♣ Quand on aime quelqu’un on l’aime entièrement. C’est ça le contrat.   Lun 4 Fév - 12:04


Tu m'violes quand tu veux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bienvenue à Cambridge,Sharlee H. Eastwood Date d'inscription : 04/02/2013
Messages : 45
Localisation : Derrière toi !
avatar

MessageSujet: Re: Carlie ♣ Quand on aime quelqu’un on l’aime entièrement. C’est ça le contrat.   Lun 4 Fév - 12:05

Parfait alors - comment dire que ça sera jamais carlie qui répondra là (aà -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bienvenue à Cambridge,Aileen P. Lorens Date d'inscription : 30/12/2012
Messages : 126
avatar

MessageSujet: Re: Carlie ♣ Quand on aime quelqu’un on l’aime entièrement. C’est ça le contrat.   Lun 4 Fév - 19:30

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bienvenue à Cambridge,Maxwell T. Wellinghton Date d'inscription : 07/01/2013
Messages : 101
avatar

MessageSujet: Re: Carlie ♣ Quand on aime quelqu’un on l’aime entièrement. C’est ça le contrat.   Mar 5 Fév - 13:59

Canons les gifs !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bienvenue à Cambridge,Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Carlie ♣ Quand on aime quelqu’un on l’aime entièrement. C’est ça le contrat.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Carlie ♣ Quand on aime quelqu’un on l’aime entièrement. C’est ça le contrat.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je t’aime une fois, je t’aime deux fois, je t’aime plus que le riz et les petits pois.
» [Inutile] J'aime / J'aime pas
» Je t'aime, moi non plus
» J'aime pas les melons mais j'aime les Meloonettes 8D | End
» J'aime les licornes et leurs jolies cornes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
02141 Cambridge V.2 :: ADMINISTRATION, SECOND :: Présentations. :: Fiches en cours.-