AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 All we had is gone now... ♠ Alec

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Bienvenue à Cambridge,Silver I. Wildmore Date d'inscription : 04/02/2013
Messages : 25
avatar

MessageSujet: All we had is gone now... ♠ Alec   Jeu 7 Fév - 14:31


Alec & Silver





All we had is gone now... ▬ « Je te laisse la boutique pour la journée, j’ai deux trois tissus à récupérer. » J’acquiesce d’un sourire auprès de ma patronne qui prend déjà la fuite en direction de la sortie. J’ai l’habitude, ce n’est pas la première fois qu’elle me laisse la boutique entre les mains, toujours en vadrouille elle n’a jamais réellement le temps de gérer la clientèle. Je ne m’en plains pas évidemment, j’adore tenir cette boutique et au final je la considère presque comme la mienne, même si au final j’aimerais vraiment en avoir une à mon nom… qui sait. La journée risque d’être longue, j’ai deux trois cartons à vider et à mettre en rayon, des nouveaux arrivages qui risque de faire fureur. C’est d’ailleurs ce que je vais faire de ma matinée, mettre en rayon les nouveaux arrivages, accueillir la clientèle et les conseiller au mieux. Je n’ai pas de chiffre à faire en particulier, mais il faut dire que bien souvent je m’en sors bien, c’est sûrement pour ça que ma patronne me fait aussi confiance lorsqu’il s’agit de gérer la boutique. Au final la matinée passe plus vite que prévu, il est déjà 12h00, l’heure de fermer la boutique pour la pause déjeuner c’est d’ailleurs ce que je fais avant de partir dans les rues de Cambridge à la recherche de mon café préférée dans lequel je déjeune quasiment tout les jours. « Un appel de Maman. » Évidemment. Elle a dû coller mon planning sur son frigo afin de savoir quand est ce que je serais joignable. J’esquisse un léger sourire avant de décrocher « Oui Maman. Que veux tu ? » « Comment ça qu’est ce que je veux ? Je ne peux pas appeler ma fille sans rien avoir derrière la tête ? » « Hum… non ! » Rigolait je, lorsqu’elle m’appelait c’était soit pour savoir si tel ou tel couleur allaient ensemble ou bien pour m’inviter à dîner et que sait je encore. Elle avait horreur que je lui fasse remarquer, néanmoins, cette fois ci j’avais raison… c’était pour m’inviter à dîner qu’elle m’appelait. Le week-end prochain chez eux à New York. Ma réponse ne fut ni un oui, ni un non. C’est vrai que ça faisait pas mal de temps que je ne les avait pas vu, mais j’ai toujours du mal à les voir sans que ma sœur ne soit présente, d’autant plus qu’il y a cette histoire avec Micah. Je l’apprécie de plus en plus, bien que j’ai du mal à comprendre l’attitude de mes parents, même si elle peut se comprendre. Bref, j’ai encore toute la semaine pour réfléchir à ma réponse.

Il est 14h00 lorsque je reprends le travail et comme je l’avais prédit, très rapidement le magasin est en pleine affluence. Seulement voilà, c’est toujours quand tout se passe bien qu’il y a quelques choses qui cloche. Alors que j’encaisse une cliente, déjà fortement impatiente, la caisse se bloque sans aucune explication. « C’est pas possible ! Ce n’est vraiment pas le moment… » M’énervait je en tapotant sur toutes les touches possible et inimaginable. Au final, j’explique rapidement à ma cliente que je ne pourrais pas l’encaisser aujourd’hui mais que je peux garder les affaires de côtés en attendant que la machine refonctionne et je l’appellerais… et je peux vous dire que dans son regard j’ai très vite compris la réponse. Si elle avait prononcer le fond de sa pensée ça aurait sûrement ressembler à ça « Si tu crois que je vais attendre que tu m’appelles pour payer tes fringues tu peux te les foutre ou je pense ! » Je souffle légèrement en voyant la cliente repartir les mains vides, autant dire que sans caisse, le magasin est comme fermé. Après une recherche sur Internet, je prends le premier numéro de téléphone qui me tombe sur la main et appel ce fameux « réparateur en tout genre » lui il doit bien savoir réparer ma caisse enregistreuse non ? En tout cas je mise tout sur lui. Je me montre de plus en plus impatiente en voyant les minutes défiler, ça doit bien faire 30 minutes que je l’attends ce réparateur et j’ai comme l’impression qu’il se fou de ma gueule. Je peste de mon côté en rangeant le plus d’affaire possible et en expliquant à mes clients de repasser un peu plus tard dans la journée, quand la machine fonctionnera quoi…J’ai le dos tourné à la porte d’entrée, le réparateur pourrait très bien arriver que je ne verrais rien, il faut que je me calme et pour cela je mets les prix sur les nouvelles commandes faites par ma patronne. Ca sera toujours ça de fait, j’ai horreur de perdre mon temps.





_________________
WATCH OUT FOR THAT BITCH CALLED KARMA
can you see the boy who put the hole in my heart, i'm driving through the town by myself in the car. coping in the night like a wolf in the dark.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bienvenue à Cambridge,Alec C. Sawbridge Date d'inscription : 04/02/2013
Messages : 79
avatar

MessageSujet: Re: All we had is gone now... ♠ Alec   Jeu 7 Fév - 16:48


Silver & Alec





All we had is gone now... ▬ La liberté a un goût phénoménale, je pouvais enfin sentir l’air frais sur ma peau, courir et faire ce que je voulais. J’aurai pensé que la peine qui me pourrissait la vie depuis plus de quatre ans allait disparaître en retrouvant ma vie d’avant. Mais, cette vie était différente et étrangement triste. Nos disputes m’avaient toujours manqué, je n’avais jamais cessé de penser à Crystal après mon arrestation, je n’avais même pas eu le droit d’assister à son enterrement pour tous j’étais coupable, sauf pour ma meilleure amie, qui avait changé d’avis peu de temps après. J’avais mal digéré le fait qu’elle me croit capable de ça, s’était comme perdre une nouvelle fois l’une des Wildmore. Crystal puis Silver. J’avais perdu les deux filles que j’aimais le plus au monde. Je regardai la cliente tout en soufflant un peu essayant de rester discret à la suite de sa demande. J’étais passé d’un futur avocat à un homme d’entretien, l’un des seuls métiers où l’on ne me demandait pas ce que j’avais fait auparavant fort heureusement. Je ne savais pas faire grand-chose de mes mains avant de finir en prison, à vrai dire, je n’étais point doué de mes mains. En prison, on nous aidait à nous reconstruire, moi qui n’étais pas censé sortir avant longtemps de prison, j’étais à présent en dehors à me diriger vers le jardin de cette femme. Coupage, rasage, ramassage et nettoyage. Ma matinée était déjà toute occupée et les dollars allaient encore rentré. Je n’avais pas repris contact avec mes parents, du moins ceux qui m’avaient élevés. Après tout ce que j’avais appris par ma soi-disant grand-mère, elle m’avait eu par un homme, je n’avais pas tout compris, mais avec le temps et pas mal de recherche pour faire passer le temps en prison j’ai fini par trouver ce qu’elle voulait dire et j’avais surtout comprit que j’étais loin d’être le seul dans cette situation, j’avais à présent quelques souvenirs de ma vie d’avant. Regretter l’endroit ? Je ne sais pas, ici j’avais fait des rencontres géniales, même si deux de ses rencontres m’avait coûtés quatre ans de liberté. Je me mettais au boulot taillant les feuillages et l’herbe. Je regardai un peu partout examinant les endroits où il me restait encore du boulot. J’enlevais mon pull, j’avais chaud, malgré la froideur de cet hiver, avec les efforts j’avais assez chaud alors je pouvais me promener avec un tee-shirt à manche courte. Deux heures plus tard, j’avais fini de faire ce pourquoi la dame m’avait fait venir, je me présentais devant elle attendant qu’elle vérifie mon travail et me payant. Je la laissais espérant qu’elle ne me rappelle pas, car elle n’avait pas cessé de me draguer en se pointant presque nue devant moi, c’était la seconde fois que je la voyais et j’espérais vraiment qu’elle évite de me rappeler.

J’étais posé sur le canapé troué de mon appartement à regarder la télé vite fait, une télé vielle avec une image grisâtre, je faisais avec les moyens du bord, j’en demandais pas plus. Ma vie avait été gâché et j’espérais qu’un jour on me dira ce qui c’était réellement passé avec Crystal. Je n’aimais pas le fait de ne rien savoir de sa fin de vie, comment avait-on pu lui faire cela ? Je me le demandais encore, elle avait un sale caractère, mais ne méritait pas de mourir de cette façon et encore plus en laissant sa sœur. Je m’imaginais la peine que Silver pouvait avoir et j’aurai voulu être là pour la consoler, enfin, il faut dire que j’aurai pu être rancunier avec elle, vu qu’elle avait fini par croire à ma culpabilité. Je l’avais vu ici. Je ne savais pas si elle y était depuis longtemps et si elle comptait y rester. Je n’avais pas cherché à lui parler, même si mon cœur avait espéré lui parler et s’expliquer cependant ma fierté était encore trop forte. J’entendis le téléphone sonner vers quatorze heures trente. Je répondais écoutant l’homme à l’autre bout du téléphone. Je soufflais, je pensais que j’allais pouvoir me promener et trouver un travail plus épatant que celui que j’avais en ce moment, mais impossible. Je me lève m’habille et me rends au centre-ville où se trouve le magasin qui m’avait demandé. J’arrive rapidement à cet endroit avec l’aide de mes pieds n’ayant pas assez d’argent pour payer l’essence de mon quatre quatre qui n’était pas digne de ce nom à vrai dire. J’ouvrais la porte du magasin, regardant autour de moi tout en observant les vêtements exposé qui se trouvait être bien trop cher pour moi. Ma vie avait vraiment changé depuis mon arrestation sans grande preuve. « Y a quelqu’un ? » J’attendais sur le pas de la porte attendant que quelqu’un m’accueille.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bienvenue à Cambridge,Silver I. Wildmore Date d'inscription : 04/02/2013
Messages : 25
avatar

MessageSujet: Re: All we had is gone now... ♠ Alec   Jeu 7 Fév - 17:55


Alec & Silver





All we had is gone now... ▬ Je n’ai pas l’impression d’être une poissarde, quoi qu’il en soit, il y a des journées comme celle-ci… où j’ai beaucoup moins de chance que d’ordinaire. Je dirais que je vais m’y faire, mais c’est toujours plus agaçant d’avoir à supporter des merdes à répétition, plutôt qu’à profiter simplement de la vie. Heureusement pour moi, ma patronne ne m’en voudra pas d’avoir plomber le chiffre d’affaire de la journée, parce que de toute manière c’est un incident technique qui lui serait arriver à elle aussi, si elle avait bosser aujourd’hui. Au contraire, je pense qu’en lui apprenant elle se moquera aisément de moi et de ma capacité à attirer les clients relou dans les mauvaises circonstances. Parce qu’une chose est certaine, celle qui est repartie les mains vides, nous fera pas du tout une bonne pub. Je rigole presque intérieurement en y repensant, mais au final je suis plus blasée qu’autre chose de la situation. J’espère juste que le réparateur ne se fera pas désirer, mais surtout j’espère qu’il saura réparer la machine, au final ce n’est pas comme ci j’avais appeler le pro des caisses enregistreuses. Peut être que si je mise sur ma chance… ouai ok non ! Je m’attaque à l’étiquetage des nouveaux modèles au moins ça m’occupera les mains et l’esprit. Évidemment, le bouche à oreille se fait vite… le magasin est presque vide et je pourrais parier que la plupart des passants savent que je n’ai plus de caisses. Je vous jure. Je souffle dans mon coin en priant pour que ce réparateur arrive vite que je puisse enfin tenir convenablement le magasin. Dans ce genre de moment, j’évite un maximum de réfléchir, un tant soit peu dramatique j’ai toujours tendance à voir le mauvais côté des choses. Il faut dire que depuis la mort de ma sœur, j’ai bien du mal à valoriser les choses, puis ce n’est pas comme ci je pouvais compter sur mon meilleur ami… Ce dernier est justement emprisonné pour le meurtre de ma sœur. On pourrait croire que je le vis bien, pourtant c’est loin d’être le cas, j’ai toujours eu du mal à concevoir qu’Alec soit le coupable pourtant en changeant de version je l’ai tout droit emmener en prison. Je lui ai rendu visite au début, puis les choses se sont dégradés, j’avais l’impression de vivre les engueulades de Crystal et lui alors que je n’étais aucunement sa petite amie. Puis il m’en voulait, ça se voyait… et ça se comprenait. J’ai donc cessé d’aller le voir pendant un bon moment, ce n’est pas pour autant que je l’ai oublié bien au contraire. J’évite de penser à lui et à cette histoire, malgré ma force apparente lorsqu’il s’agit de ce sujet ce n’est pas le cas. J’ai l’impression de redevenir une gamine de 10 ans qui perd sa sœur.

« Y a quelqu’un ? » Oui oui, ah non qu’il ne reparte pas parce qu’il ne me voit pas au fond du magasin. Voilà que j’ai par inadvertance attaché le prix du vêtement sur le vêtement mais avec la manche de mon pull avec. Ce que je peux être gourde. « Oui au fond ! La caisse est là sur votre gauche ! » Dit je sans me retourner alors que je suis en train de me débattre avec ce fichu prix. Je n’ai même pas reconnu la voix du réparateur alors que j’aurais du la reconnaître parmi des millions, je suis simplement trop préoccuper par la connerie que je viens de faire. Le réparateur doit être auprès de la caisse, c'est-à-dire à même pas quatre pas derrière moi quand je réussis enfin à me débarrasser du vêtement accrocher à mon pull et du prix. J’esquisse un sourire et souffle quelques peu soulager. « Excusez-moi, j’ai eu un sou… Alec ? » Je finis par me retourner pour faire face au réparateur, sauf que je le reconnais alors que je n’ai même pas finis ma phrase. L’étonnement est si grand que je coupe ma phrase juste pour prononcer son prénom. D’un coup, j’ai l’impression de faire un bond de quatre ans en arrière, il a terriblement changé. J’ai l’impression que ces traits ce sont durcis, le garçon doux à mon égard semble avoir disparu complètement, je ne peux évidemment que le comprendre. J’en ai le souffle coupé à tel point qu’il me faut quelques minutes pour me ressaisir, je ne sais même pas si je dois prononcer une nouvelle phrase ou n’importe quel connerie parce que visiblement je ne sais pas s’il m’en veut toujours ou même s’il veut avoir affaire à moi. « C’est toi le réparateur ? » finissait je par souffler bêtement. Il allait sûrement me faire remarquer la débilité de ma question, mais tant pis c’était tout ce qui pouvait sortir de ma bouche à ce moment là.





_________________
WATCH OUT FOR THAT BITCH CALLED KARMA
can you see the boy who put the hole in my heart, i'm driving through the town by myself in the car. coping in the night like a wolf in the dark.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bienvenue à Cambridge,Alec C. Sawbridge Date d'inscription : 04/02/2013
Messages : 79
avatar

MessageSujet: Re: All we had is gone now... ♠ Alec   Jeu 7 Fév - 20:30


Silver & Alec





All we had is gone now... ▬ Nos rêves s’évadent avec le temps et les différents chemins que nous prenons. En prison, je ne pouvais rêver que de liberté et qu’importe ce qui pouvait m’arriver niveau travail ou confort, j’en n’avais rien à faire. Je voulais être libre, car j’étais sûr de moi, j’avais pourtant longuement douté de moi quand j’ai aperçu le regard accusateur de ma meilleure amie qui était aussi la sœur jumelle de ma petite copine. J’étais peut être plus proche de Silver que de Crystal quelques fois, on était exactement pareil et elle devait se douter qu’une fois qu’elle me croirait coupable, je finirais par ne plus vouloir la voir. Elle était la seule à me soutenir au début, mais parents y ont cru ayant déjà assisté à une dispute fortement agressif au niveau des paroles, ils n’ont pas voulu croire leurs propres fils. J’étais tombé de haut avec mon arrestation, la mort de ma copine, mais tout ce que ramena cette situation, effectivement j’avais découvert un secret que ma grand-mère avait gardé de dire à sa famille. Je n’étais pas un enfant abandonné, mais enlevé et cela changeait sans doute tout. Boston, la prison et tout le reste n’était peut-être pas ma destinée. Je devais arrêter de penser à tout ça car cela ne m’aidait guère à avancer, je restais planté dans la mort de Crystal, je ne devrais pas, car toute sa famille m’avait tourné le dos, je me sentais si mal de ne pas savoir ce qu’il pouvait être arrivé à Crystal, j’avais eu le droit de voir son corps inerte en photo, histoire de me faire cracher le morceau sur une chose que je n’avais pas fait. Je ne pouvais pas tuer celle que j’aimais même avec de l’alcool dans le sang ou les nerfs à vive. Je marchais dans les rues de cette ville qui m’avait accueilli après que je sois libéré après avoir été innocenté. Je ne la connaissais pas encore parfaitement et j’avais bien du mal à me retrouver totalement dans cette gigantesque agglomération. Je tournais certaine fois en rond essayant de me repérer, mais malheureusement, je n’étais guère doué pour ne pas me perdre. Enfin, j’allais certainement finir par trouver cette boutique. Je continuais d’avancer en pensant encore et inlassablement à tout ça. J’avais vu au loin un jour Silver dans cette ville, j’ignorais si elle était ici pour une journée ou si elle y était depuis maintenant un bon moment, la voir douter de moi m’avait refroidit et cela m’avait donné l’envie de couper court à notre amitié. Une erreur ? Peut-être, mais j’étais rancunier et savoir qu’elle me prenait pour une ordure me faisait aussi mal que la mort de Crystal. J’essayais d’arrêter de penser à tout ça, mais j’avais du mal à ne pas le faire ma vie était si étrange sans mes disputes avec la Wildmore piquante, puis je n’avais plus ma relation avec la seconde Wildmore qui elle était plus douce et posée, enfin, j’avançais puis je n’avais pas réellement le choix.

J’étais dans la boutique que l’on m’avait dit de me rendre, car on avait besoin de moi pour quelque petite réparation. Je n’avais pas compris quelle était la chose que je devais réparer, mais j’allais le savoir rapidement, je laissais la porte se refermer sur moi faisant connaître ma présence. J’attendais que l’on me réponde ou qu’on me rejoigne, le temps me parut assez long, du coup je regardais les vêtements sans m’approcher de ces derniers. En voyant les prix, je me disais que j’étais loin de pouvoir me payer l’un de ces morceaux de tissus. C’était dingue tout de même comment j’avais pu changer, j’étais moins tendre et surtout plus à l’écoute de mon portefeuille forcément un criminel ne courrait pas sur l’argent surtout quand sa famille lui tournait le dos sans raison, vu que je n’étais point coupable. « D’accord. Je regarde cela. » Je prenais ma boite à outil après avoir répondu à la personne m’ayant répondu. Je regardai le modèle de cette machine à encaisser, je souris en voyant la marque et l’année, la semaine passée j’avais été appelé dans un café pour en réparer une. J’avais fallu être embauché sauf quand j’ai parlé de mon casier judiciaire. Peut-être que le mot blanchit n’était point important, car je finissais toujours par avoir un gentil refus à cause de ce maudit casier. J’étais concentré dans ma réparation, quand j’entendis la voix de tout à l’heure me parler, je n’allais pas lever la tête tant qu’elle n’avait pas fini sa phrase, mais je fus tellement surpris d’entendre mon prénom, que je relevais la tête et là je restais con face à Silver. Je passais ma main dans mes cheveux, j’avais l’impression qu’avec mon regard j’aurai pu la tuer sur place, je pensais pouvoir passer au-dessus, mais c’était si difficile. J’étais un homme borné et surtout trop rancunier. Je la voyais là face à moi, je mourrais d’envie de lui mettre les points sur les i tout en voulant la prendre contre moi, mais je ne ferais rien, j’étais à mon travail et je n’avais rien d’autre dans ma vie. « Oui, c’est bien moi le réparateur, je suis monsieur Sawbridge. Je vais tenter de réparer votre machine. » Je faisais style de ne pas la connaître, lui faire mal ? Peut-être, en réalité je n’en savais rien.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bienvenue à Cambridge,Silver I. Wildmore Date d'inscription : 04/02/2013
Messages : 25
avatar

MessageSujet: Re: All we had is gone now... ♠ Alec   Jeu 7 Fév - 21:06


Alec & Silver





All we had is gone now... ▬ « Maman… et si Alec ét… » « OH ! Je t’en prie Silver ferme là ! Com… Comment tu oses prononcer son prénom ici ? Vas t’en, je veux plus te voir pour le moment. » Même deux ans après il était impossible de parler d’Alec à la maison et même deux ans après je doutais sérieusement de sa culpabilité. Bien qu’il ait été odieux avec moi lors des différents parloirs, bien qu’il n’ait aucun alibi, c’était mon meilleur ami et même si j’étais en parfaite connaissance de sa relation houleuse avec ma jumelle… à mes yeux il demeurait incapable d’un tel geste. Souvent je tentais d’en parler avec mes parents, mais comme vous le voyez c’était mission impossible, un sujet tabou sur lequel on ne revient pas. Comme ci ne pas en parler pouvait nous empêcher de souffrir, au contraire pour ma part ne pas en parler, c’était trois fois plus de souffrance. Je ne parle pas de Crystal à tout va, au contraire, seul quelques rares personnes on l’honneur de m’entendre parler de ma sœur… ceux dont je suis extrêmement proches, ceux qui connaissent mon histoire et à qui je peux faire confiance. Autant dire que ces personnes se compte sur les doigts d’une main. Pour autant ce n’est pas une raison qui me pousse à parler régulièrement de ma sœur, même si j’aime me remémorer les bons souvenirs, ce sont bien souvent les derniers instants de sa vie qui viennent me frapper comme un poignard. J’imagine ma sœur agonissant dans la rue, sans que personne ne vienne l’aider, je repense aux derniers mots que nous avons partager et là je broie instinctivement du noir. Simplement parce que je n’ai jamais pris le temps de dire à ma sœur à quel point je tenais à elle, à quel point elle était essentielle à ma vie… après tout c’était ma jumelle et ce lien est à mes yeux indestructibles. Alors oui quand je réfléchis à tout ça, je me dis que c’est impossible qu’Alec ait tué ma sœur, simplement parce que s’il tenait à moi il ne l’aurait pas fait même avec un million de raison de le faire. Pourtant, je l’ai pousser tout droit derrière les barreaux en arrêtant de prendre sa défense et remettant en question ses paroles.

Autant dire qu’aujourd’hui, cette histoire avec Alec et ma sœur était loin d’être ce qui me préoccupait, j’étais plutôt occupée par cette caisse enregistreuse qui me posait de véritables soucis. J’espérais simplement que le réparateur vienne, répare cette machine stupide et reparte content d’avoir accomplit son job… c’est ce qui se serait passer si tout allait bien, mais évidemment en me retournant il fallu que je tombe nez à nez avec Alec. Je fus dans un premier temps choqué et soulagée de le voir. Je ne l’avais pas vu depuis des années alors forcément, ça me faisait plaisir, mais d’un autre côté un tas de questions trottaient dans ma tête. Depuis quand était il sortie ? Comment se faisait il que je ne sois pas au courant ? Et quand bien même je n’ai jamais réellement cru à la culpabilité de mon meilleur ami, mon cœur s’accéléra de peur… cette fois ci il avait une bonne raison de tué une Wildmore… surtout si elle l’avait envoyer en prison pour rien. Ne faisant rien paraître, je demanda un simple question rempli de débilité… est ce qu’il était le réparateur ? C’était évident que oui, mais je ne savais réellement pas quoi lui dire d’autres et surtout je ne savais pas comment réagir face à lui. J’avais à la fois envie de le serer dans mes bras et à la fois peur de lui. « Oui, c’est bien moi le réparateur, je suis monsieur Sawbridge. Je vais tenter de réparer votre machine. » Bon alors dans le genre, je te connais pas me fait pas chier… il n’y a pas plus clair. Je fronce doucement les sourcils, n’aimant pas cet air hautain et distant qu’il prends avec moi, pour autant je peux le comprendre il ne doit réellement pas me porter dans son cœur. Je souffle un grand coup avant de le laisser quelques minutes seul, le temps que je reprenne un peu mes esprits à deux pas de lui dans le magasin. J’ai d’ailleurs l’air idiote en train de tourner dans le magasin, tête baissée, et en pleine réflexion. Je finis par m’approcher de lui de nouveau et tout en jouant avec mes mains, une réaction dû à mon stress, je lui demande simplement. « Juste… est ce que je peux savoir depuis quand ? Depuis quand tu es là ? » Ou plus précisément depuis quand tu es sortie de prison, mais ça j’évite bien évidemment de le dire.






_________________
WATCH OUT FOR THAT BITCH CALLED KARMA
can you see the boy who put the hole in my heart, i'm driving through the town by myself in the car. coping in the night like a wolf in the dark.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bienvenue à Cambridge,Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: All we had is gone now... ♠ Alec   

Revenir en haut Aller en bas
 

All we had is gone now... ♠ Alec

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» alec ▲ the show must go on.
» Un point sur les émotions [PV Alec Lockheart]
» Alec Volturi ► "Sister, they send you out for one and you bring back two... and a half. Such a clever girl."
» SUJET TERMINE - La suite de la soirée~Juste nous deux! [Alec]
» passer ton visage à tabac, qu'enfin plus personne n'en veule ✖ ALEC & AZYLIS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
02141 Cambridge V.2 :: MASSACHUSETTS, CAMBRIDGE :: Central Square :: Massachusetts avenue :: Les différentes boutiques-